Et je me suis perdue…

Et je me suis perdue à trop vouloir être ce que je ne suis pas.

J’ai oublié de vivre pour moi à la place j’ai vécu pour les autres.

Et je me suis perdue dans les méandres de la vraie vie, celle qui parfois fait plus de mal que de bien.

J’ai oublié combien l’écriture est un très bon exutoire.

J’ai oublié que l’amitié virtuelle, les échanges via les commentaires étaient aussi importants pour moi.

Et je me suis perdue dans la jungle impersonnelle de la toile faute d’avoir voulu continuer ce blog qui fait partie intégrante de moi.

Il a survécu tant bien que mal grâce à des rendez-vous une ou deux fois par semaine quand je daignais y participer.

Et ce blog s’est perdu, a perdu l’essence de son être parce que je n’ai plus su y insuffler la vie.

Et je me suis perdue dès lors que j’ai cessé d’écrire mes mots, les sincères , les vrais ceux qui me faisaient du bien parce que derrière ces mots se reflète ma vraie personnalité.

Ce blog est devenu impersonnel, noyé dans la masse.

J’ai perdu ma joie de vivre, celle qui me donnait l’envie de partager, d’échanger.

Pourquoi ? Pour faire plaisir….

Parce que je me suis autocensurée, interdit…

Je me suis dit que j’avais mieux à faire de mon temps libre que de venir pianoter sur un écran pour être lue par peu de monde.

Et je me suis perdue pour les mauvaises raisons.

J’ai oublié que ce blog était avant tout un espace pour me souvenir des belles choses et des moins biens aussi.

Cet espace fait partie intégrante de moi.

Et je me suis perdue, jetée à corps perdu dans le tricot comme exutoire aux mots que je n’écrivais plus ici.

Pour moi d’abord, puis pour les autres, un cadeau d’anniversaire par ci, un cadeau de naissance par là et pourquoi finalement un merci

Une commande de snood et mitaines avec la satisfaction d’avoir fait plaisir, de le voir porté et une modeste rétribution pour mon travail.

Et puis une seconde commande achevée au plus vite pour satisfaire la demande et la désillusion, il attend toujours dans un placard qu’on vienne le récupérer.

J’ai perdu mon temps, mon énergie, je me suis perdue….

Et je me suis enfoncée dans le mal être.

Il a fallu un mot d’une personne chère à mon cœur, ma sœur

Pourquoi tu n’écris plus, j’aimais te lire.

Et là j’ai lâché les vannes expliqué avec mes mots ce qui me fait mal et que je réalise combien j’ai besoin d’écrire même ne serais ce que quelques mots.

Et je me suis installée devant mon écran pour re façonner ce blog à mon image, un peu de féerie, de magie et une pincée de mots.

Me souvenir qu’en 2011 naissait mon tout premier blog disparu depuis P’tite fée et ses gnomes.

Alors je reprend mon identité, mes couleurs et advienne que pourra.

Publicités