Mes lectures

Mr Mercedes

4ème de couverture :

mr-mercedesFoncer sur une foule dans sa SL 500 12 cylindres :

le moment le plus grisant de la vie de Mr Mercedes.

Et le carnage lui a tellement plu qu’il n’a qu’une envie : recommencer.

Au plus vite…

Délaissant le fantastique, Stephen King se glisse avec une jubilation contagieuse dans le moule du polar. Revenu de tout mais toujours tenace, son inspecteur Bill Hodges rejoint les figures emblématiques du roman noir américain.

Partie à la recherche d’un dernier roman à emprunter, mes pas m’ont mené vers le rayon des M comme Guillaume Musso dont j’aime l’écriture et dont je découvre les romans au fur et à mesure de leur disponibilité.

Ce jour là point de roman de cet auteur ni d’un autre Diana Gabaldon. Petit clin d’œil à Petigris qui m’a donnée l’envie de replonger dans cette histoire.

Et je suis passée devant le rayon des fantastiques et j’ai regardé machinalement les K et découvert un livre non lu du maître incontesté Stephen King dont je suis fan.

J’avoue avoir à peine lu la quatrième de couverture, tous ses romans en général me plaisent et je trouve qu’avec le temps il s’améliore indiscutablement.

L’histoire est simple se dit-on, un tueur en série, rien de bien nouveau sous le soleil me direz-vous sauf que là c’est un coup d’essai pour le maître du fantastique, de l’horreur qui s’essaie au thriller.

Et comment dire, chapeau l’artiste, j’ai été tenue en haleine jusqu’au bout, il a su distiller petit à petit au cours de l’intrigue, le doute, la touche qui fait que l’on croit enfin savoir ce qu’il va advenir et puis non.

Au chapitre suivant nos théories s’effondrent comme un château de cartes et l’on reprend le cours  de l’histoire essayant encore de deviner sans  vraiment y arriver.

Un personnage attachant que ce monsieur Bill, on peut l’appeler par son prénom il ne s’en formalisera pas, il a su nous tenir en haleine jusqu’au bout.

Reprendre du service en sous marin lorsque l’on est un policier à la retraite mais on ne peut pas résister à l’appel de cette enquête d’autant que le tueur se joue de vous et vous pousse à bout, vous traque sans relâche.

Un bon thriller à lire.

Des passages qui m’ont fait rire, je sais c’était glauque mais c’était la touche King qui m’a fait bien comprendre que c’était toujours lui qui écrivait et qu’il tenait nos nerfs au bout de  ses doigts qui ont pianoté sur le clavier de son ordinateur pour nous écrire ce nouveau roman.

L’histoire est rondement menée et jusqu’au bout on ne sait pas vraiment si le tueur recommencera ou pas à tuer. On évolue entre le tueur et ce qui se passe dans sa tête, sa vie et dans le même temps dans l’esprit de l’ex policier.

Jusqu’au final digne d’un véritable maître du polar avec une touche d’humour à la Stephen King.

On a envie de dire

A quand la suite des enquêtes de monsieur Bill Hodges et de ses acolytes ?

nathalie