Mes lectures

L’enfance perdue

l-enfance-perdue-60538-250-400Une envie de passer un peu à autre chose, de renouer avec la belle littérature de nos régions.

Quoi de mieux que de plonger à corps perdu dans un roman de Marie-Paul Armand.

Marie-Paul Armand est un auteur originaire du Pas de Calais que j’ai découvert enceinte de ma fille lorsque j’étais alitée grâce à un roman disons plutôt une trilogie prêté par ma belle mère, La Courée.

Cet écrivain écrit des romans du terroir dans lequel elle décrit souvent au travers de portraits de femmes courageuses la vie de la classe ouvrière du Nord et du monde paysan.

Je découvre ses autres romans et ce titre m’a attiré et je me suis lancée dans sa lecture sans vraiment rien en savoir puisque je n’ai même pas pris la peine de lire la quatrième de couverture avant de l’emprunter. Sa lecture me donne envie de lire La Cense aux alouettes pour retrouver les personnages que j’ai laissé ici et mieux comprendre certains aspects de l’histoire.

Résumé du roman :

Entre les années 1915 et 1946, de l’orphelinat aux retrouvailles, à l’âge adulte, avec sa mère, l’histoire de Thomas, un gamin du Nord qui tente de vivre et d’aimer malgré les épreuves.

Enlevé à sa mère dès sa naissance, Thomas passe son enfance et son adolescence dans un orphelinat à la discipline impitoyable. A sa sortie, il est placé dans une ferme comme ouvrier agricole. Des années plus tard, la mère de Thomas se met à la recherche de son fils…

C’est un roman fort, émouvant qui m’a plu dès les premiers mots. C’est un auteur qui donne envie de connaître la suite, de ne pas lâcher ses personnages auxquels on s’attache, on vibre d’émotions au fur et à mesure des pages lues, du déroulement de l’histoire.

J’avoue que j’ai été émue par l’histoire de cette mère auquel son enfant est enlevé à la naissance. Je me suis prise à me dire que la vie est cruelle et que bien des femmes, des enfants ont vécu ce drame au cours des deux guerres et certainement partout dans le monde de tout temps, malheureusement.

On vit avec ce petit enfant qui ne comprend pas tout de cette vie, de ces changements qu’il va vivre et qui lui aussi va être confronté à la guerre puisque l’histoire débute pendant la première guerre mondiale et se poursuit au long des décennies suivantes.

J’ai aimé voir cet enfant grandir, découvrir aussi le monde agricole, la vie paysanne de cette période que le progrès commence à peine à atteindre par les premiers tracteurs. Tout se fait à l’ancienne et c’est beau d’imaginer, de vivre ces gestes ancestraux, de voir comment nos aïeux ont vécu.

Un bel hommage à toutes ces mères et aussi au monde agricole.

Un livre que je recommande fortement de lire pour s’imprégner de ces valeurs qui faisaient et font encore la France.

Bonne lecture à vous qui aimez les mots autant que moi je les aime et les savoure à chaque roman entamé.

Publicités

14 réflexions au sujet de « L’enfance perdue »

  1. mpossible de commenter sur ton blog directement ma DSL qui débloque me dit l’hom !.. Tu en parles bien et je ne connais pas cette auteure! Bisous et bonne soirée

    J'aime

  2. mpossible de commenter sur ton blog directement ma DSL qui débloque me dit l’hom !.. Tu en parles bien et je ne connais pas cette auteure! Bisous et bonne soirée

    J'aime

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s