Mes lectures

L’enfant du Bosphore

9782221103395Un livre découvert au détour d’un rayonnage de ma chère bibliothèque municipale lors de mes dernières pérégrinations.

J’ai été attirée tout d’abord par son titre puis le portrait de la couverture. Un petit coup d’œil à la quatrième de couverture et j’ai été conquise. Hop dans mon panier pour l’emprunter parmi les 4 que mon abonnement m’autorise.

Il a ainsi rejoint :

  • Les larmes de Marie Antoinette de Juliette Benzoni
  • Flashback de Dan Simmons
  • Iacobus de Matilde Asensi

4ème de couverture :

Istanbul, 1662. Au cœur de la cité cosmopolite saturée d’odeurs et de couleurs, un petit garçon pousse son premier cri. Son destin de riche hériter d’une famille grecque orthodoxe semble tout tracé. Mais le bébé, né sans prépuce est abandonné : pour son père, ce signe d’appartenance à la communauté juive est inacceptable.

Baptisé Antilogus, le nouveau né est recueilli par Nissim et Esther, un couple de juifs qui, après des années d’attente, avait cessé d’espérer la venue d’un enfant. Ils élèvent l’orphelin avec toute la force d’un amour longtemps refoulé.

Pour Antilogus, la découverte de la vérité sera d’autant plus douloureuse. En quête de sa propre identité, il ne reculera devant aucun obstacle.

Nous sommes de suite pris dan le tourbillon de cette histoire qu’est le destin unique de cet enfant. Une belle leçon de vie pour tout un chacun.

La religion est prépondérante lorsque débute cette histoire et le signe distinctif de cet enfant va signer son destin. Il est rejeté par son père et sa mère est jetée à la rue par son époux. Mais déjà l’enfant a été enlevé à sa mère et déposé dans une église. Mais voilà son signe d’appartenance au peuple juif le fait renvoyer dans une synagogue.

Cet enfant , ce bébé à peine âgé de quelques heures va être confié à un couple juif et élevé comme leur fils tant qu’ils ne saura pas la vérité à savoir qu’ils l’ont adopté à peine né. Mais qui sont ses parents ? Nul ne le sait. Ces deux personnes vont l’aimer comme si il était leur propre chair, leur propre sang mais le destin s’acharne contre cet enfant et il apprend la vérité crument avant que la vie ne se charge d’amener d’autres malheurs dans cette famille aimante.

L’enfant devenu plus grand choisira de partir pour vivre sa vie mais là encore le sort s’acharne contre lui et ne lui laisse de répit pour le bonheur, la vie simple. Il choisira de consacrer sa vie à sauver ce peuple qui a su lui ouvrir leur porte et pour cela entamera un très long voyage qui le mènera vers d’autres horizons, d’autres contrées.

On se rend compte à la lecture de ce roman que les persécutions contre le peuple juif sont omniprésentes tout au  long des siècles. Au delà de la vie, du destin hors du commun de cet enfant, on apprend l’histoire, l’humilité, l’amour des autres.

Bref, un roman que j’ai pris un immense plaisir à lire. Un livre à retenir, L’enfant du Bosphore de Caroline Bongrand.

Publicités

7 réflexions au sujet de « L’enfant du Bosphore »

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s