La perle de l’Empereur

J’ai lu au cours des derniers mois les aventures du prince Morosini notamment dans la série de livres Le boiteux de Varsovie comportant 4 romans, 1, 2, 3 et 4. Puis j’ai ensuite découvert une suite, Les Émeraudes du Prophète dont je vous avais parlé .

Je cherchais sans vraiment connaître le nom du 6ème tome. J »ai donc pris au hasard ce roman, un livre relié sans la jaquette et donc aucun résumé sachant qu’ils peuvent se lire individuellement du moins pour ceux qui suivent la première série et j’ai été agréablement surprise de ne pas m’être trompée.

J’ai donc retrouvé avec grand plaisir notre prince vénitien antiquaire. Me revoilà plongée dans ses aventures toutes plus incroyables les unes que les autres pour quelques soirées.

En voici un résumé :

Certains des joyaux de la couronne de France sont auréolés de légendes bien ténébreuses… C’est le cas de cette énorme perle sertie de diamants appelée la  » Régente « . Depuis que Napoléon Ier l’offrit à sa seconde épouse Marie-Louise, le beau bijou n’a cessé de faire couler le sang, de causer damnation et malheurs à ses propriétaires. Lorsque, un soir de 1920, une mystérieuse tzigane confie la perle au prince Morosini, un célèbre antiquaire de Venise, la vie du gentilhomme bascule dans le crime et le déshonneur. Pourtant, loin de prendre la fuite, le prince mène l’enquête, sa fascination pour la  » Régente  » grandissant un peu plus chaque jour et amenant son cortège de sombres figures : comtesses déchues, maharadjahs sanguinaires et surtout ce  » Napoléon VI  » qui signe d’une énigmatique carte de visite tous les désordres occasionnés par le bijou maudit… Une nouvelle aventure du prince antiquaire vénitien Aldo Morosini, héros de la série Le boiteux de Varsovie et des Émeraudes du prophète.

La «Régente», une énorme perle coiffée de diamants, fut achetée par Napoléon Ier pour Marie-Louise sa seconde épouse. Un jour, en 1887, le bijou est parti pour la Russie. Puis, après avoir paré les princesses Youssoupoff, il a disparu.
Quand la perle réapparaît à la fin des années 20, c’est à l’occasion d’un enlèvement doublé d’un meurtre. Rude tâche pour le prince Aldo Morosini, l’antiquaire vénitien expert en joyaux historiques : pour obéir au légitime propriétaire, il doit la vendre. Mais un curieux personnage qui se fait appeler Napoléon VI a décidé de s’en emparer sans bourse délier et sans se soucier des moyens employés. La mise en vente de la «Régente» déclenche un drame et Morosini va avoir beaucoup de peine à se débarrasser de la perle.
Il se trouve contraint de jouer sa vie et son bonheur, à travers un combat où apparaissent des femmes aussi étranges que Marie Raspoutine ou Masha la tzigane, et des hommes aussi inquiétants qu’un maharadjah fabuleusement riche qui, sous des dehors trop séduisants, cache une cruauté sadique…

Une nouvelle aventure du prince antiquaire Aldo Morosini, héros de la série Le Boiteux de Varsovie.

J’ai retrouvé le prince antiquaire avec plaisir. Je l’avais laissé en compagnie de son épouse et là j’ai su ce qu’il était arrivé depuis la fin de l’histoire précédente, la famille s’est agrandie. Mais là n’est pas le sujet du livre. Aldo Morosini va encore être entraîné dans une aventure avec encore une pierre qui fait partie de l’histoire et dans ce cas là ce n’est jamais de tout repos.

Le voilà entraîné malgré lui dans de nouvelles aventures, lui, venu pour une vente et pour acquérir une pierre pour un client. Il va se retrouver dans le milieu tzigane sur la demande d’une personne qu’il était venu écouter chanter. Sa réputation l’avait précédé. Il est mêlé donc à une sombre histoire de meurtre mais l’aventure ne s’achève pas là, loin de là.

Il va côtoyer le grand monde de la nation russe puis emmené dans des aventures au Moyen Orient chez un maharadjah. C’est un total dépaysement, des rebondissements comme sait si bien le faire Juliette Benzoni. On ne s’ennuie pas d’un bout à l’autre du roman. Vivement la suite de ses aventures rocambolesques.

Publicités

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s