Etre mère 8 : veiller

Être mère, quand on le devient pour la première fois on se dit que nous ferons ceci, cela et surtout pas çà. Nous les nullipares nous avons plein d’idées sur la façon de s’occuper de nos bébés, on s’est bien renseigné.

Puis vient le jour de la naissance tant attendue ou surprise pour ma première surtout qui s’est annoncée plus de 5 semaines à l’avance. Et là, tout ce personnel médical nous entoure, nous conseille sur la façon de prendre soin d’un bébé. Nous le prennent si bébé pleure trop pour nous permettre de nous reposer. Puis le retour à la maison arrive. Nous voilà seules avec bébé.

Que faisons nous ? Ce qu’il faut pour notre ou nos enfants selon leurs besoins. Chaque enfant est unique en soi. Et chacun aura besoin d’attentions différentes de la part de leur maman. Trois enfants et trois expériences différentes avec le sommeil de mes enfants.

On parle très souvent du sommeil de bébé en disant ou en entendant les gens demander à quel âge il a fait ses nuits etc. Mais cela importe peu au final car personne ne nous posera la question lorsqu’il grandira et pourtant…

Mes enfants ont fait très vite leurs nuits ce qui m’a permis de me reposer plus sereinement mais cela ne les a pas empêchés de rencontrer des soucis autres que la faim qui les auront tenus éveillés et moi par la même occasion sans oublier le papa aussi.

Mon second a dormi dès le départ dans sa chambre tout comme sa sœur. Il a rapidement cessé de prendre les biberons de la nuit mais ce qu’on oublie ce sont ces vilaines coliques qui tortillent bébé de douleur et maman reste impuissante face à cette souffrance.

Mon troisième a eu aussi des coliques et des régurgitations dès sa naissance. Lors du séjour à la maternité, j’ai fait des choses que je n’ai jamais faites avec mes deux premiers et encore aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que j’ai cessé de penser aux autres, à ceux qui allaient prendre le relais pendant mes heures de travail. Parce que j’ai écouté ces personnes dire qu’il ne fallait pas toujours tenir un bébé dans les bras, ne pas le faire dormir avec nous car les mauvaises habitudes sont vite prises. Et j’ai fait et j’ai connu le baby blues pour les deux. Là je n’ai écouté que mon instinct de mère face à la souffrance de ce petit bébé qui venait d’arriver au monde.

Ma première a été au final un bébé facile au niveau du sommeil. Et encore aujourd’hui il est rare qu’elle se réveille la nuit. Elle a un sommeil lourd et n’entend quasiment pas les bruits.

Mon second m’a tenue éveillé de nombreuses nuits à cause de ses maux. Ensuite il a dormi correctement jusqu’à ce que je sois enceinte du dernier. Depuis ses nuits ont été agitées, appelant maman une à deux fois par nuit juste pour la sentir près de lui. Savoir qu’elle est là et qu’elle n’était pas partie pour le petit frère. Une peur irrationnelle de la séparation.

Mais à ce jour, même 11 mois après la naissance, il a toujours besoin d’appeler. Cela a tendance à s’espacer pendant une période et ensuite cela reprend. Un petit câlin, un bisou et hop il repart dans les bras de Morphée. Parfois on tente de charmer maman pour dormir avec elle. Cela m’est arrivé de le faire une fois ou deux car épuisée mais je ne tente plus, il bouge trop.

Et puis vous avez le petit dernier, celui qui réclame le plus maman. Lui qui l’a à longueur de journée, parfois cela ne suffit pas. Il se met à pleurer le soir une voire deux heures après son coucher. Il se réveille en pleurs et seuls les bras de maman peuvent l’apaiser parfois cela ne suffit pas alors je le prends comme je faisais lorsqu’il était bébé.

Un geste que j’ai eu grâce à une sage femme qui m’a dit que cela apaiserait ses petites douleurs à la maternité. Je m’allonge et je le prends sur moi, blottis dans les bras l’un de l’autre ventre contre ventre. Sa petite tête vient se nicher dans mon cou et sereinement son pouce vient trouver sa bouche, sa respiration ralentit jusqu’à devenir le petit souffle régulier d’un bébé qui trouve enfin le sommeil, apaisé.

Je sais que j’ai utilisé cette méthode de nombreuses nuits au début de sa venue au monde. Il m’est arrivée de m’assoupir avec lui dans mes bras. Je sentais sa présence sur moi je ne bougeais pas puis je me réveillais un peu plus tard et je le déposais délicatement dans son petit lit, serein. Et maman avait pu grapiller un petit peu de sommeil.

Et là, ce petit rituel revient. Pourquoi ? Bébé fait ses dents, bébé se réveille et ne comprend pas cette douleur qui l’a réveillé à moitié. Et parce que ses pleurs pourraient réveiller ses frère et sœur je le prends avec moi dans mon lit le temps de l’apaiser.

Oh bien sûr, je ne trouve plus le sommeil comme lorsqu’il était un tout petit bébé. Il ne fait pas le même poids, il a des petites manies qui font que maman n’arrive pas à s’endormir. Lundi soir, première nuit de travail de mon homme et le petit a refait une crise. Angoisse ou douleur ? Toujours est-il que je n’ai pas cherchée à batailler j’ai pris mon bébé dans mes bras retrouvant ce moment de quiétude avec lui, de communion, d’intimité même.

J’ai aimé respirer sa petite odeur de bébé. Sentir sa petite main venir caresser ma joue comme pour se rassurer, le voir chercher le sommeil en grattant mon épaule et mon cou avec ses petits doigts. Une heure ou plus après il était apaisé prêt à achever sa nuit dans son lit et maman allait enfin pouvoir s’octroyer une courte nuit de sommeil. Veiller tard pour eux.

Alors le sommeil de bébé n’est au final qu’une étape dans leur vie et dans la nôtre aussi. Une maman aura toujours besoin de veiller sur ses enfants.

Ma participation au Être mère de Babidji.

Publicités

14 réflexions sur “Etre mère 8 : veiller

  1. Tu as tout compris, il n’y a aucune règle, aucun bon ou mauvais comportement, juste des enfants différents auquels il faut s’adapter et pour celà il faut s’écouter, écouter son enfant, sans se juger ou se culpabiliser. L’essentiel s’est d’élever des enfants heureux et de construire avec eux une relation épanouissante qui saura les porter vers leur vie d’adulte.
    Bises et courage pour les nuits à venir.
    PS : Moi aussi j’ai dormi avec eux et on ne s’en porte pas plus mal aujourd’hui 😉

    J'aime

    • Coucou Gwen. Cela n’est pas toujours évident de savoir ce qui est bon pour eux ou pas et je doute parfois. Il ne fait pas toutes les nuits, c’est certaines. Peut être le fait que papa s’absente de nuit. Je suis là pour eux trois et si je dois les apaiser de jour comme de nuit je le fais sans contraintes. Fatiguée ensuite je trouverai un petit moment pour me poser. Bisous

      J'aime

  2. C’est très beau et l’important c’est ce rapport entre la maman et l’enfant, chacun est différent chacun a besoin de câlins de tendresse d’amour surtout pour s’accomplir, alors si c’est en dormant parfois avec sa maman parce que cela le ou la rassure et bien c’est un moment de douceur incomparable, c’est un lien qui se tisse et qui leur donnera les bases de leur vie… C’est fatiguant certes mais combien enrichissant de savoir qu’ils s’endorment heureux et apaisés parce que leur maman à répondu à leur appel faisant fi de son sommeil… Bisous et courage pour ces nuits hachées!

    J'aime

    • Merci pour tes mots toujours si justes. Ils sont petits et ont besoin de maman alors je suis présente. Je dors souvent d’un œil je suis sans cesse à leur écoute. ET de toute façon mes nuits sont toujours courtes sommeil difficile. Bisous Catherine

      J'aime

  3. Très très joli texte, plein d’amour.
    Pas toujours facile de faire abstraction de l’avis (des recommandations quand ce ne sont pas limite des ordres…) des autres, surtout des proches…
    (ah, un autre truc sur un tout autre sujet : j’adoooooore ta nouvelle déco, c’est sublime!)

    J'aime

    • Merci ma belle. Je suis touchée par tes mots. J’ai fait abstraction de l’opinion et fait au feeling et çà fonctionne. Une maman sait ce qu’il y a de mieux pour son enfant. Bisous
      Ps : merci ravie que tu aimes ma déco

      J'aime

  4. Tu as très bien réagi, il n’y a pas de relation type mais une adaptation permanente. C’est l’instinct maternel qui te guide vers ce qui convient à ton bébé et tu l’as très bien pressenti !
    J’adore ta page ! :))) Bises

    J'aime

    • Merci Paulette. Je fais suivant leurs besoins mais je ne suis pas toujours sûre de ce que je fais, je ne donnerai pas de leçons aux autres c’est sûr car tout enfant est unique. Et rien ne vaut sa maman pour juger de ce qui leur convient. Bisou
      Ravie que cela te plaise ma page.

      J'aime

  5. Je crois que tu as tout dit : une fois qu’on se fait confiance, et que l’on s’écoute en tant que parent et que l’on ferme les oreilles au reste, tout se passe bien mieux !!

    J'aime

  6. Je suis sous le charme de ton bel article P’tite Fee. Il est magnifiquement ecrit et me murmure que dans quelques mois je veillerai moi aussi sur le petit etre que je porte et qui grandit en moi.
    Des Bises

    J'aime

  7. Et oui aucune règle … je n’en ai que 2 mais déjà je vois bien que rien est acquis chaque bébé a son tempérament ses maux et ses habitudes. J’adore la fin de ton texte car je me revois tellement avec mes puces … un peu nostalgique de me dire qu’il n’y en aura pas d’autres … tellement touchant et attendrissant … en ts les cas ce qui compte dans la façon qu’on élève nos enfants c’est qu’ils se sentent bien et qu’ils aillent pour le mieux. Merci pour ta participation.

    J'aime

    • Moi aussi un peu de nostalgie en écrivant ces mots mais je sais que je suis comblée, j’ai eu le bonheur d’en avoir. Quand je parle de mes enfants les mots coulent tous seuls, ils retranscrivent mes émotions, mon amour. J’adore participer, bisous

      J'aime

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s