Lorsque l’enfant paraît

Je dédie cet article à mon petit Daniel, le dernier de la famille.

1 fille et 2 garçons, tous en bonne santé, la vie nous a comblé au delà de toute espérance. Nous avons bien travaillé pour fonder un petit nid douillet dans lequel résonneront les rires et les cris de nos 3 enfants chéris.

Samedi 19 novembre, après une petite sortie en famille à la pépinière, nous rentrons à la maison. Je vaque à mes occupations, je surfe un peu sur le net, quelques douleurs en bas du  dos se font ressentir, je me dis c’est encore ma sciatique qui me fait mal.

19h, je me prépare à aller donner le bain à mes deux petits gnomes. Là, mon dos se met à me  faire très mal, je suis limite pliée en deux, j’attends que çà passe. Je vais pas m’affoler et courir à la maternité pour qu’on me renvoie chez moi. Puis tout s’arrête, ouf me dis je, fausse alerte.

19h45 mon mari a préparé le repas. Nous passons à table, nous avons décidé de manger puis d’aller voir à la maternité. Je finis mon repas, là, les douleurs reprennent, je ne tiens plus assise. Je décide de m’allonger dans le canapé. Mon mari commence à s’inquiéter et appelle sa mère pour aller déposer les enfants chez elle. Vite préparer quelques affaires pour les enfants, leur expliquer la situation. Ils sentent que maman souffre et ne la quittent pas. Appel à la sage femme de la maternité qui me dit  » si vous avez des contractions toutes les 10 mn pour un 3ème çà va, je vous attends. » j’ai oublié de regarder.

Mon mari est presque prêt, je lui dis je vais aux toilettes. De retour au salon, les douleurs reprennent. Je dis à mon homme, çà ne va pas, appelle les pompiers et dis à ta mère de venir chercher les enfants. Les contractions sont trop rapprochées, toutes les 3 minutes.

Les pompiers arrivent et me prennent en charge de suite et restent en liaison avec la sage femme. Je souffre mais je me dis que je vais bientôt voir mon bébé, que je suis en de bonnes mains même si mon accouchement peut présenter des risques à cause de mon diabète gestationnel. Mes enfants partent avec mamie à sa voiture mais le hic elle est bloquée par le camion des pompiers. Ils assisteront donc à mon départ.

Je suis à 15 km de la maternité, le quart d’heure le plus long de ma vie. Je perds les eaux à environ 5 km de la maison, les contractions sont de plus en plus rapprochées, les pompiers essaient de rouler plus vite.

Arrivée aux urgences, ces derniers sont soulagés, ils n’ont jamais encore pratiqués d’accouchement dans le cadre d’interventions même si j’ai auprès de moi une femme pompier, maman elle aussi. La sage femme est là avec un médecin interne. Elle prend de suite les choses en main et refuse que l’on me bouge avant qu’elle m’ait examinée.

Trop tard pour aller en salle, on voit la petite tête pleine de cheveux de mon petit homme. L’accouchement aura donc lieu directement dans le camion des pompiers. Mon mari arrivera juste à temps. La sage femme me dit qu’il est là , que je peux le prendre et j’ai la joie de le sortir et  l’aider à venir au monde. Puis l’on entend son premier cri et là on se dit que c’est fini, que tout va bien, notre bébé est enfin parmi nous.

Daniel est né le 19/11/2011 à 21h35, il pèse 3,100 kg et mesure 50 cm.

Je le serre dans mes bras, on nous emmitoufle et l’on nous sort du camion. Les pompiers m’accompagneront jusqu’au bout et  tout le long des couloirs ce sont des félicitations. Moi je suis sur un petit nuage, oublié la douleur, les peurs, c’est fini, je le serres dans mes bras mon fils.

Petit passage par la salle d’accouchement où l’on va prendre soin de mon bébé, papa est auprès de lui, il ne va pas le perdre une seconde du regard. On s’occupe de moi aussi, quelques points pour recoudre une petite épisiotomie. Puis on nous place dans une salle  de travail faute de places prêtes dans une chambre du service. Nous allons y rester une grande partie de la nuit, nous apprenons que le service est plein, les patientes sont deux par chambre.

Mes enfants viennent me rendre visite le dimanche et restent émerveillés devant le petit frère, ils lui feront même une petite bise. Mon fils réclame un gros câlin de maman, elle lui manque déjà.

Mon séjour sera court, dimanche et lundi, je sors le mardi matin. Il me faudra revenir le lendemain matin pour un test et une pesée du bébé.

Voilà deux semaines que la petite famille est enfin à nouveau réunie etje ne laisserai plus mes enfants et mon mari, ils m’ont trop manqués. Je vous aime mes chéri(e)s.

Encore un grand merci à l’équipe des pompiers de Pomarez.

Publicités

4 réflexions sur “Lorsque l’enfant paraît

  1. Waw, c’est du un accouchement rapide comparé au mien ^^ Mais peu ordinaire, tu ne les oubliera jamais hein ces pompiers ! 😉
    Félicitation avec des mois de retard, il est à croquer ce p’tit bout qui a du changer depuis 😉
    Merci de m’autoriser à le publier sur mon blog je fais ça tout de suite,
    Bisous bisous Mama’nonyme.

    J'aime

    • De rien, c’est vrai que je ne les oublierai jamais ces pompiers.
      Tu peux voir mes enfants grandir sur mon blog, j’écris très souvent sur eux avec des photos. Bisous ma belle.

      J'aime

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s