Ma famille

Chronique d’une fin de grossesse

Voici la fin d’une belle histoire qui se termine très bien comme dans les contes de fées.

Vendredi 18 novembre 2011,

Visite programmée chez une sage femme de la maternité. Rendez-vous pris à 10h du matin. Nous ne passerons qu’une heure plus tard. Les aléas de la vie, 3 accouchements en cours, la sage femme ne peut pas être en consultation et accoucher les patientes en même temps. Nous prenons notre mal en patience.

Nous entendons des hurlements qui feraient fuir les personnes sensibles, les douleurs de l’enfantement. Puis peu de temps après, des cris impromptus dans une maternité, à priori une dame qui accouche mais ses cris diffèrent de ceux des autres, excusez ma façon crue de le dire mais on aurait dit qu’elle prenait son pied au lieu d’accoucher, un moment de plaisanterie pour détendre l’atmosphère avec mon mari qui commence à en avoir marre d’attendre, c’est connu les hommes n’ont pas de patience. Ouf, on m’appelle.

La sage femme s’excuse du retard et me place sous monitoring pour contrôle. Elle nous laisse pour finir de s’occuper d’une patiente qui vient d’accoucher.

Nous restons quasiment une heure seuls face à nos pensées et nos questionnements. En une heure mon mari notera une bonne quinzaine de contractions assez fortes, mais comme pour mes deux précédentes grossesses, je ne ressens aucune douleur.

La sage femme revient et examine le tracé du monitoring. Elle m’annonce que j’ai eu de belles contractions quoique irrégulières. Nous l’informons que je ne ressens aucune douleur mais elle ne semble pas en tenir compte. Elle m’examine et m’informe que j’ai le col ouvert à deux doigts mais qu’elle ne peut me garder car il n’y a plus de place. Elle me donne rendez-vous pour dans 10 jours, me disant que mon col va bien travailler d’ici là avec les contractions que j’ai.

Fin de non recevoir pour un accouchement déclenché, pour eux aucune indication médicale ne le suggère.Le fait de ne pas ressentir les contractions n’est pas une raison valable et il me reste quinze jours avant le terme, d’ici là je les ressentirai d’après elle.

Nous rentrons chez nous excédés. La situation est quand même peu banale, je ne ressens pas de douleurs, comment saurais-je quand le travail va débuter et quand me rendre à la maternité. Je ne ressens presque plus les mouvements du bébé non plus.

Pleins de pensées me viennent en tête en cette fin de grossesse et personne pour y répondre. Des femmes perdent chaque jour des enfants en fin de grossesse et si cela m’arrivait ? Comment vais-je faire si je suis à la maison et que le travail a bien commencé ? Et peur d’en parler à mon mari pour ne pas trop l’inquiéter. J’ai mes deux enfants qui sont quasiment toute la journée seuls avec moi.

Je dois continuer à faire comme de rien et prendre mon mal en patience. Bébé arrivera quand il sera décidé à sortir. En attendant nous décidons de prévoir une petite sortie en famille pour le lendemain après midi dans une pépinière avec de nombreuses animations.

Samedi 19 novembre 2011,

Vers 14h nous voilà partis en balade non loin de chez nous pour oublier un peu les soucis, bébé pèse de plus en plus lourd, mais bon rien ne m’empèche de profiter de ma petite virée et de mes amours. Le soir est une autre histoire à suivre au prochain épisode.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Chronique d’une fin de grossesse »

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s