Séquence souvenirs

Je dédie cet article à ma fille Rachel qui a changé ma vie, je t’aime ma puce, voici pour toi l’histoire de ta venue au monde.

Je me souviens comme si c’était hier de l’annonce par le médecin d’une possible grossesse suite à des saignements en dehors de mes règles chose que je trouvais bizarre. Vérification faîte par prise de sang et j’étais bien enceinte de 3 semaines.

J’étais déjà sur un petit nuage, la vie me souriait, j’avais rencontré mon prince charmant, ton papa, moi qui n’espérait rien de la vie, me contentant de ce que j’avais : un travail, une famille et 4 chiens merveilleux qui meublaient ma solitude.

La vie me comblait au delà de toute espérance, moi la mal aimée, qui n’était pas désirée. Déjà que j’étais en plein rêve éveillé suite à mon idylle amoureuse avec mon chéri, nous avions pleins de projets, m’installer chez lui, fonder une famille.. Vivre quoi!

Un petit être allait venir embellir notre vie, c’était toi mon petit gnome, Rachel, ma princesse, née il y a un peu plus de 3 ans et 8 mois, comme le temps passe vite, un lendemain de Noël quel beau cadeau nous nous sommes faits. Et te voilà déjà en 2ème année de maternelle.

Ma grossesse n’a pas été ce qu’il y a de plus simple, mais le résultat en valait la peine. Une première échographie suite aux saignements nous dévoile que j’avais deux embryons mais l’un n’a pas tenu. Et la gynécologue de me sortir :  » dans votre malheur vous avez de la chance  » Cette phrase m’a profondément marquée, donner la vie à un enfant n’est pas un malheur au contraire un bonheur. Mais bon, nous n’avions pas programmé ta venue, c’est un coup de pouce du destin qui a permis de solidifier notre amour.

Puis à 4 mois et demi, le verdict tombe, risque d’accouchement prématuré, col trop court, contractions que je ne ressens pas et que je ne ressentirai pas. Il faut que je me repose beaucoup pour essayer d’arriver le plus loin possible dans ma grossesse.

Les cours de préparation à l’accouchement me réconfortent en apprenant à connaître les changements survenus dans mon corps mais ne me préparent pas physiquement, pour les sages femmes cela est trop risqué de pratiquer les exercices.

Les mois passent, on en est à 7 mois et 3 semaines de grossesse pour Noël, bébé prévu pour fin janvier. Le lendemain, rendez-vous pour une consultation avec une sage femme de la maternité pour préparer mon dossier à 10h30. Puis c’est l’examen et là elle me dit que le travail a commencé, que j’ai des contractions et que mon col est déjà ouvert à 4 doigts. Je ne ressens pas de douleurs dues aux contractions je lui réponds, elle me regarde bizarrement.

 En tout état de cause, elle ne me laisse pas partir, mon bébé arrive et moi je ne réalise pas que je vais faire connaissance avec ma fille sous peu, ce que je constate c’est que le papa n’est pas là et il faut qu’il soit avec moi. Rien n’importe sur le moment. C’est ensuite que les questions vont affluer dans nos têtes, n’est-ce pas trop tôt ? Va t’elle s’en sortir ?Comment va t’elle être?

Puis le travail continue et vient le moment tant attendu, la délivrance et tu viens au monde à 17h22 ce mercredi 26 décembre 2007. Je n’ai ressenti aucune douleur pour ta naissance. Tu es très petite, il faut te mettre vite en couveuse et donc je ne peux te tenir dans mes bras, d’autant que j’ai subi une épisiotomie et que je dois être recousue. J’ai dit à ton papa de te suivre en pédiatrie, je ne voulais pas que tu sois seule dans les premiers instants de ta vie, je n’ai fait que t’apercevoir. Je saurai par la suite que tu ne pèses que 2,170 kg et 43 cm, une petite crevette.

Je te découvre au soir, perdue dans la couveuse, je ne peux même pas te prendre dans mes bras, papa a pu te donner ton premier biberon. Puis la nuit, nous sommes séparées, toi en pédiatrie, moi en maternité. La séparation est très dure mais je sais que le lendemain nous serons réunies si cela est possible dans une chambre.

Nous restons 8 jours ensemble, tu es passée d’une couveuse à un berceau chauffant, tu n’arrives pas à réguler ta température. Puis au moment où tout commence à aller, tu cesses de t’alimenter et là il faut te sonder, et là je craques, je veux sortir, je ne supportes plus l’enfermement et ta souffrance, pardon mon amour, je ne peux plus rester.

Une semaine de plus passe et je suis toute la journée auprès de toi, essayant de t’alimenter au biberon et lorsque tu n’y arrives pas tout passe par la sonde et çà me fait très mal, alors je parle avec toi, je te dis que je t’aime et que nous voulons que tu rentres enfin avec nous à la maison, que tu nous manques. Et le petit miracle arrive, on te retire la sonde et tu te réalimentes seule, une petite victoire, tu bois très peu mais c’est un début. Et nous pouvons enfin te ramener à la maison quinze jours après ta naissance. La famille est enfin réunie, une vie de bonheur nous attend.

Tu as eu beaucoup de mal à boire tes biberons et il fallait beaucoup de patience et d’amour pour ne pas laisser tomber pour que tu sois en bonne santé, tu as été suivie de près ma petite crevette et encore aujourd’hui tu es si menue si petite à côté de ton frère aussi grand et plus costaud que toi.

Je t’aime ma petite princesse, mon unique fille puisque deux garçons te suivent. Mais ne doute jamais que tu as été désirée et que papa et moi nous t’aimons très très fort ma chérie, une de nos plus belles victoires. Une revanche, un pied de nez à la vie qui m’a refusé l’amour de mes parents, mais moi je te donne tout ce que j’ai et jamais je ne te laisserai même si tu fais des bêtises, nous serons là pour toi ainsi que pour tes frères que nous aimons autant que toi.

Publicités

Une réflexion sur “Séquence souvenirs

  1. je n’avais pas mesuré la portée d’autant d’Amour … quelle belle déclaration à ton enfant …
    les larmes aux yeux je t’écris que tu m’as touché très profondément petite soeur !
    Mon amour à moi, j’espère que tu l’as bien reçu, j’ai essayé de te donner le maximun petite soeur … mais il y a toujours quelque chose qui manquera à ta vie …

    J'aime

Un petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s